L'artiste de la semaine

Chaque semaine, retrouvez le coup de cœur francophone de Radio B

Présentée par : Michel Celso

En direct du lundi au vendredi à 7h20, 8h20, 10h30, 12h20
Redifusée le samedi à 10h30

Facebook Twitter Copier le lien Partagez cette émission !   RSS Abonnez-vous ! (RSS)

Podcasts de l'émission

Lundi 3 mai 2021

L'artiste de la semaine : Louis-Jean CORMIER

Originaire des Sept Iles au Québec, Louis-Jean CORMIER s'est fait connaître avec le groupe pop rock KARKWA, reconnu comme l'un des plus grands de la scène francophone canadienne.

La reconnaissance des professionnels n'a pas tardé.

En 2012, KARKWA fait une pause. Jean-Louis CORMIER en profite pour lancer sa carrière sous sa propre identité.

Auteur-compositeur-interprète, réalisateur d'albums, arrangeur, musicien invité, animateur à la radio et à la télé , il a porté plusieurs chapeaux au fil des ans.

Mais Louis-Jean CORMIER n'a jamais perdu cet émerveillement qui jaillit chaque fois qu'une mélodie pointe le bout de son nez.

Par bonheur, le public le suit dans ses aventures.

Après 2 albums en 2012 et 2015, l'année 2020 marque le grand retour de Louis-Jean CORMIER avec le lancement de son troisième album studio Quand la nuit tombe. fruit d'un bricolage pop nourri par des influences inédites pour le natif de la Côte-Nord.

Il récidive le 16 avril 2021 avec sa 4ème galette Le ciel est au plancher.

Louis-Jean CORMIER évoque en filigrane le deuil de son père.

Mais rien de larmoyant dans cet opus aérien à l'écriture impeccable et aux arrangements amples qui mêlent avec intelligence touches jazz, belle variété et envolées pop.

S'il y a un au-delà, j'espère que c'est aussi beau qu'ici, la nuit, chez toi, conclut Louis-Jean CORMIER.

Et, on l'espère, aussi beau que cet album.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 26 avril 2021

L'artiste de la semaine : Nicolas Jules

Provocateur discret, voix de séducteur, cheveux en bataille, Nicolas JULES charme les oreilles avec un joli cocktail de tendresse et de dérision, d'humour et de poésie.

Il aime à l'évidence jouer avec les mots, immiscer dans notre banale réalité un décalage bienfaiteur, des p'tites bulles de rien du tout qui aident à se lever le matin.

Nicolas JULES a toutes les audaces, des textes poétiques, drôles, surprenants. Un excellent guitariste et une présence déroutante servie par un charisme à toute épreuve.

Le 1er décembre 2020, il a sorti sa nouvelle galette Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques.

Nicolas JULES nous gratifie de beaux surgissements dans une langue qui trouve le juste milieu entre familiarité et poésie.

La fantaisie et l'imagination sont là mais ne constituent pas seules la matière première.

S'il ne se prend pas au sérieux, la démarche de Nicolas JULES l'est résolument.

Quand c'est plus up-tempo, on pense à un americana hors-d'âge. Il revendique un côté Johnny Cash de cuisine et c'est très bien comme ça.

Le nouveau disque de Nicolas JULES est solitaire comme un vers, solaire comme une crème.

Une musique électrique prégnante, qui sait se faire oppressante, qui à elle seule fait dramaturgie, accentue les mots, les allusions et rassure toute hésitation.

Nicolas JULES, pas si lunaire qu'il en a l'air.

Ses aspects terriens, plantés, lui confèrent une solidité nouvelle.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 19 avril 2021

L'artiste de la semaine : Les Charlots

LES CHARLOTS, groupe créé au milieu des années 60 et surnommé Les problèmes, connurent leurs heures de gloire avec des chansons comme Paulette, La reine des paupiettes, Derrière chez moi, Merci Patron ou l'Apéro Bic.

Ce sont aussi des chansons plus engagées qu'il n'y paraît et d'autres, que l'on qualifiera de paillardes, des morceaux interdits à l'antenne à l'époque et encore aujourd'hui, à part certaines radios libres, et encore.

Le style comique et parodique des CHARLOTS a fait leur renommée et ils seront les vedettes de films aussi cultes que dispensables que Les Bidasses en folie, Les Fous du stade ou Le Grand Bazar.

Mais c'est à travers leurs chansons aux musiques magnifiquement travaillées et originales que la bande à Gérard RINALDI, Luis REGO, Jean SARRUS, Gérard FILIPELLI et Jean-Guy FECHNER prouva que l'humour et le talent pouvaient être au rendez-vous.

LES CHARLOTS sont l'un des deux groupes français avec Téléphone, quelques années plus tard, à faire la première partie d'un concert des Rolling Stones.

Après la disparition en 2012 de Gérard RINALDI, le chanteur et, pour les plus jeunes d'entre vous quoique, c'était Marc, le vétérinaire dans la série MARC ET SOPHIE, l'autre Gérard FILIPELLI alias Phil, nous a quittés le 30 mars 2021 à l'âge de 78 ans.

Le guitariste des CHARLOTS était aussi acteur, compositeur, scénariste et producteur.

Sa disparition a le parfum de la nostalgie d'une période heureuse, celle d'un monde qui a décidément bien changé.

Alors, merci LES CHARLOTS.

Je rajouterai Merci Patron. La chanson vous doit beaucoup.

LES CHARLOTS, c'est l'artiste de la semaine sur Radio B.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 12 avril 2021

L'artiste de la semaine : Hoxy More

Auteure, compositrice, et interprète lyonnaise, Maïté MERLIN, bercée par les CDs de BREL de sa maman et les accords rocks de la batterie de son papa, oscille entre une sensibilité à fleur de peau et une folie presque indécente.

HOXY MORE joue sur les deux tableaux et mêle, emmêle, l'énergie du rock et la tendresse d'une chanson française, où chaque mot compte et trouve une place à part entière.

Tout est cadencé, calibré, rythmé par une suite d'accords pop-rock où elle injecte quelques notes de blues.

Son timbre est clair et léger, sa puissance vocale maîtrisée.

D'une douceur fracassante, les chansons d'HOXY MORE racontent ses expériences de vie : des amours foireux, une féminité appréhendée, apprivoisée, des espoirs et leur force incommensurable.

Elle caresse de ses chaussettes sa pédale de loop, fait glisser ses dix doigts sur sa guitare folk et son clavier, et se laisse envahir par les vibrations de sa voix pour délivrer ses compositions.

Dans son 2ème EP Demoiselle à Madame, paru en 2018, HOXY MORE raconte son côté indécis et son côté combattant au travers de ses expériences personnelles.

Elle parle de l'amour foireux, rarement chanceux, de l'avenir et de la force de l'espoir.

HOXY MORE puise son inspiration de l'humain dont elle aime observer le yin et le yang : Une dame riche qui crie son blues de n'exister qu'à travers La femme de, une indécision sentimentale ou le bonheur de voir une petite, mais aussi la responsabilité de lui montrer la réalité de la dureté de la vie.

Autant de tranches de vies que de coups au cœur pour une artiste à la figure de style oh combien réjouissante.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 5 avril 2021

L'artiste de la semaine : Wendy MARTINEZ

Depuis plusieurs années, Wendy MARTINEZ écrit des chansons en français dans sa chambre, des chansons aux textes intimistes ou surréalistes sur fond de rock et de pop psyché 70's, parfois 80's.

Parce qu'elle aime Bashung, Gainsbourg, Fontaine, Ferré et des types étranges comme Vassiliu.

Parce que Wendy MARTINEZ aime les machines volantes de Vinci, l'île de Pâques, l'aube, l'amour éternel, les doux idiots, les vieilles filles en fleur, et qu'elle voulait les chanter.

Tout comme elle voulait chanter son haut trouillomètre de la société des écrans, des guerres externes et internes, des maladies qu'on se fait à soi, pour tenter la résilience.

Après son aventure solo dans Bye Bye Dubaï et entre 2 concerts de Gloria, Wendy MARTINEZ s'est entouré de musiciens pour un show planant, rock et surréaliste.

Son 1er EP 6 titres La chevauchée électrique est sorti le 26 mars 2021 sur le label Le Pop Club Records.

Il y a un petit quelque chose du Je t'aime moi non plus de Gainsbourg qui nous accueille, une basse présente, ronde et sexy, sur laquelle la voix de Wendy MARTINEZ se pose soudainement et délicatement.

Timbre chaud, grave, sexy, lignes de chant roulantes et enivrantes, elle propose des textes riches, aux images puissantes, nimbées d'une grâce sixties absolument géniale.

La pop épique de Wendy MARTINEZ est pointue et aventureuse. Il serait dommage d'y résister.

Elle sera l'invitée de Michel CELSO et Antonio RODRIGUEZ dans l'émission AU TERMINUS DES PRETENTIEUX sur Radio B le jeudi 8 avril 2021 à partir de 17 heures.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 29 mars 2021

L'artiste de la semaine : Mademoiselle K

K pour Katerine GIERAK, une brune élancée, svelte et aux cheveux courts.

D'une fantaisie naturelle, paré d'un perfecto, son allure proche de Chrissie Hinde ou de Joan Jett lance un pied de nez au néo punk.

La guitare en appendice, le vocabulaire de MADEMOISELLE K est peu académique, mais rien de plus normal.

Ses chansons sont nerveuses comme les coups de crayon d'un expressionniste. Ses concerts sont généralement rapides et incisifs comme des flèches.

MADEMOISELLE K vampirise la scène hexagonale depuis le milieu des années 2000.

Elle donne une étonnante impression de grandir quand sa voix s'élance.

Avec son cinquième album, Sous les brûlures, l'incandescence intacte, sorti le 1er septembre 2017 sur son label Kravache, MADEMOISELLE K est revenue à sa langue natale et révèle de nouvelles facettes : un penchant pour l'électro, une ballade acoustique et des textes plus apaisés marqués par sa pratique nouvelle de la méditation.

Les nouvelles chansons évoquent une rupture qui s'est transformée en chansons par la magie de la musique.

MADEMOISELLE K porte sa rage avec une énergie sincère et zen. Et peut-être d'une forme de renaissance.

Le 25 mars 2021, invitée par La Tannerie, elle s'est produite en formule duo dans le chœur du Monastère Royal de Brou de Bourg en Bresse.

Un cadre intimiste et élégant qui servira à merveille les textes émouvants et compositions mélodiques de MADEMOISELLE K.

Sa captation filmée sera disponible sur internet en streaming room le vendredi 2 avril 2021 à 20 heures.

Toutes les infos sur le site de la SMAC du département de l'Ain www.la-tannerie.com.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 22 mars 2021

L'artiste de la semaine : AUSGANG

En allemand, AUSGANG veut dire Production.

Pas sûr que la traduction ait un rapport avec le nouveau projet de la rappeuse du Blanc Mesnil CASEY.

Cathy Palenne, est un cas à part au sein d'un rap révolté.

Outre sa carrière solo, elle a participé au projet Zone Libre de Serge Teyssot Gay, l'ancien guitariste de NOIR DESIR et Cyril BILBEAUD.

En 2019, CASEY fonde avec Marc Sens, ManuSound et Sonny Troupé le groupe AUSGANG.

Fusion ou rock, rap conscient comme on l'aime, le mélange des genres est réussi.

Et que dire du 1er album d'AUSGANG, Gangrène, paru le 6 mars 2020.

10 titres venus réveiller nos sens pour tâcher de les exciter avant de sombrer dans le chaos. 44 minutes pour nous forcer à garder les yeux ouverts et comprendre le mal qui se répand inexorablement dans nos têtes.

C'est dans cette mare rock, presque nappée, que les voix d'AUSGANG finissent par s'élever : contre l'Élite, forcément, où l'arrogance des uns nourrit la fronde des autres.

Lorsqu'on la questionne sur son positionnement par rapport au et au rap, CASEY répond en chanson et rappelle que le rock, c'est noir en fait?!

Le rock est né dans un champ de coton, sinon ce ne serait pas un long cri de douleur. Le rock et le rap ont exactement le même tronc commun. Comme un certain Chuck BERRY.

Un rock poisseux, un rap rugueux, AUSGANG contre-attaque. Et c'est puissant !

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 15 mars 2021

L'artiste de la semaine : Les Femmes de la Commune de Paris

Les Femmes de la Commune de Paris est le projet chanson de Pauline FLOURY et Séverin VALIERE.

Cette période insurrectionnelle de l'histoire de Paris, qui dura un peu plus de deux mois, du 18 mars 1871 à la Semaine sanglante qui se terminera le 28 mai 1871, n'a été malheureusement découverte dans les manuels scolaires français d'histoire qu'en 2002.

Les Femmes de la Commune de Paris se sont particulièrement impliquées, en vue notamment de l'amélioration de leurs droits, ainsi que leurs conditions de travail et de vie familiale.

Elles occupèrent divers rôles actifs pendant ces événements et font de la Commune une étape importante sur le chemin de l'émancipation des femmes.

Si le bilan de la Commune est limité en raison de sa courte durée, son héritage politique demeure important : la parité et des premières formes d'organisation structurées de femmes apparaissent pendant cette période.

Pauline FLOURY et Séverin VALIERE ont mis en musique les plus belles figures de la Commune de Paris comme Louise Michel, Eugène Pottier ou Jules Jouy.

Ces textes portent la voix de ces femmes au cœur de la Révolution de 1871 : la misère, la grève, les douleurs intimes et familiales, la mémoire des luttes, l'hymne à l'union, le rejet de la religion mais aussi, après le temps de la Commune, les souvenirs, la résistance et la paix.

17 chansons portant hardiment l'affranchissement complet des femmes !

18 mars 1871 - 18 mars 2021 : 150 ans après, le combat est loin d'être terminé. Raison de plus pour rappeler le leur.

Les Femmes de la Commune de Paris, c'est l'artiste de la semaine sur Radio B.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 8 mars 2021

L'artiste de la semaine : Ello PAPILLON

Sous le nom de scène d'ELLO PAPILLON se cache Elodie BERNIGAL, chanteuse et multi instrumentiste originaire du bassin minier de Saône et Loire.

Avant de voler de ses propres ailes, elle avait sévi au sein de formations aussi différentes que complémentaires comme LES TRAPETTISTES, ELLO JAZZ QUARTET ou MEDIEVALSE.

Mais aussi en tant que comédienne ou de projets à destination du jeune public.

En 2015, elle devient ELLO PAPILLON.

Pourquoi Ello ? Il s'agit de son prénom mais avec deux L pour mieux s'envoler.

Pourquoi Papillon ? Elle les adore. C'est un insecte qui lui correspond. Il virevolte et butine d'une fleur à l'autre, d'un style musical à l'autre, d'un instrument de musique à l'autre. Et il aime danser !

Éphémère comme la vie, le papillon profite. ELLO PAPILLON profite.

Après un 1er album de l'artiste éponyme, elle revient le 30 octobre 2020 avec A REBOURS, sa nouvelle galette.

Sublimation et poétisation de thèmes parfois très lourds comme les pesticides, les féminicides ou le temps qui passe et d'autres plus légers, ELLO PAPILLON offre des chansons livrées de cœur à cœur, âme à âme.

Sa collaboration avec Alexandre ADBILI lui permet de dresser des tableaux sonores où le piano et les chœurs aériens se mélangent aux harmonies colorées parfois pop, parfois électro, agrémentées d'une pincée de jazz et de musique du monde.

ELLO PAPILLON, un univers papillonesque, caresse de l'âme à découvrir de toute urgence !

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 1 mars 2021

L'artiste de la semaine : Terrenoire

TERRENOIRE, c'est l'histoire de 2 frères, Raphaël et Théo Herrerias, qui créent en 2017 le duo portant le nom de ce quartier stéphanois.

Cette ancienne commune devenue depuis un quartier de la préfecture de la Loire, a connu la révolution industrielle avec les Hauts Fourneaux.

Contrairement aux Verts de Saint-Etienne, TERRENOIRE a du talent à revendre.

Ils forment un duo envoûtant, mariant habilement chansons françaises poignantes et musique électronique.

TERRENOIRE, leur nom de scène, le quartier de leur enfance, est à leur image, à la fois sombre, poétique et authentique

Ces jeunes musiciens de 23 et 30 ans portent en eux la fierté ouvrière et les valeurs de simplicité et d'humilité stéphanoises.

Difficilement classable, entre pop et électro douce, la musique de TERRENOIRE est issue de multiples influences : de Sakamoto à Maurice Ravel, en passant par Alain Bashung ou encore Prince.

En 2018, ils sortent un 1er EP, se font repérer, permettant au duo d'être sélectionné pour le Printemps de Bourges.

Le 1er album de TERRENOIRE, Les forces contraires, est sorti le 28 août 2020.

Beau clair obscur musical, le duo livre 10 chansons à la puissance émouvante.

Chez TERRENOIRE, la couleur du charbon est toujours présente.

La Loire a toujours été une terre de culture, de musique et de chanson.

Les successeurs de Mickey 3D sont tout trouvés.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 22 février 2021

L'artiste de la semaine : Satellite Jockey

Depuis 2011, les brestois désormais installés à Lyon de SATELLITE JOCKEY défendent et réalisent une pop qui éclaire autant qu'elle illumine.

Influencés par les Beatles, ils savent aussi s'en éloigner pour donner à leur musique une interprétation personnelle à travers des arrangements fouillés et cependant évidents.

Au départ légèrement Showgaze, la pop de SATELLITE JOCKEY flirte désormais avec des rivages psychédéliques et dream pop sans pour autant se laisser étouffer par un quelconque genre.

En 2017, le groupe est rejoint par la claviériste-chanteuse Pauline Le Caignec et le plus délicieux des batteurs lyonnais Florian Adrien pour former un sextuor original.

SATELLITE JOCKEY, riche en timbres, est à l'honneur sur la trilogie Modern Life qui rend hommage aux années 60, à la pop baroque des Zombies, et au rock psychédélique des Beatles.

Le 5 février 2021 est sorti Le Week-end, le nouvel album du groupe.

SATELLITE JOCKEY devient quintet et adulte, abandonnant les instruments acoustiques pour se concentrer sur les synthétiseurs et les guitares électriques.

Une nouvelle évolution stylistique mais cohérente.

Les couleurs du soft rock californien se mêlent à l'espérance d'une pop 80's nostalgique et futuriste dans un français surréaliste et poétique.

SATELLITE JOCKEY n'a jamais aussi bien porté son nom.

Le Week-End, un nouveau chapitre chatoyant qui s'ouvre dans la discographie du combo, les positionnant en tête des orchestres pop les plus excitants du moment.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 15 février 2021

L'artiste de la semaine : L'Oreille Fougueuse de la Voisine

L'OREILLE FOUGUEUSE DE LA VOISINE est un trio qui propose des chansons à texte modernes, tendres, teintées de mélancolie et de malice.

PHILIPPE PATOIS est l'auteur des textes. Il est également interprète, compositeur et guitariste. MANON GILBERT est l'interprète principale, compositrice, pianiste et multi-instrumentiste. ALDO GILBERT est compositeur, saxophoniste, flûtiste, multi-instrumentiste et interprète.

L'univers de L'OREILLE FOUGUEUSE DE LA VOISINE est imprégné du lien fort qu'ils entretiennent tous les trois avec le théâtre.

Le soir de la première d'une pièce dont Aldo Gilbert assure la création sonore, Philippe Patois rencontre Manon Gilbert. Ils parlent de la chanson à texte et de Serge Reggiani. Le groupe vient de naître.

L'OREILLE FOUGUEUSE DE LA VOISINE c'est une alchimie entre plusieurs générations, entre lien familial et lien d'amitié, entre une plume et des notes, entre du rêve et beaucoup de passions.

A l'image de son 1er album Du soir au matin, paru le 2 octobre 2020.

L'OREILLE FOUGUEUSE DE LA VOISINE invite à une errance nocturne, tendre et mélancolique au cœur d'une ville moderne, à la rencontre de confidences intimes et poétiques.

Les mots fusent et se mêlent avec une certaine malice sur des mélodies douces et des sons éclectiques tantôt urbains tantôt oniriques.

L'objet de L'OREILLE FOUGUEUSE DE LA VOISINE, un coffret livre disques, un vinyle avec CD et livret intégrés, est associé à des moments de vie, des souvenirs, des rencontres.

Le fait d'écouter en regardant la pochette, en lisant les textes, participe à la construction identitaire de chacun d'entre nous.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 8 février 2021

L'artiste de la semaine : Morice BENIN

Morice BENIN savait écrire des chansons et sait chanter.

Mieux que ça, il chantait.

Et quand Morice BENIN chantait, ça sortait profond, avec des pleins et des reliefs, avec des réserves de fraternité, de passion et d'humour.

Ce serait assez pour la surprise et l'émotion, mais, derrière le bonhomme qui chantait, il y avait encore autre chose, il y avait ce qu'il disait.

Car s'il paraissait impossible pour Morice BENIN de chanter comme ça sans être sincère, ce qui était dit prenait alors beaucoup d'importance

Chacun de ses concerts était comme l'une de ces oasis qui surgissent au bout des pistes, où la quiétude coule en source vive sur les blessures du passé.

Médias et programmateurs avaient oublié Morice BENIN depuis des lustres, le reléguant avec condescendance à d'anciens et victorieux combats, Larzac et Plogoff, qui furent naguère ce que Notre-Dame des Landes et Sivens sont aujourd'hui.

Migrant de l'impossible, il avait trouvé l'apaisement, il y a quelques années, après avoir chanté la liberté sur tous les tons et la révolution.

Sa puissance aujourd'hui était autrement plus efficace que les colères d'antan...

Morice BENIN nous a quittés le 19 janvier 2021 à l'âge de 73 ans.

Une vie consacrée à ses chansons pour un homme dont l'inspiration ne s'est jamais essoufflée.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 1 février 2021

L'artiste de la semaine : Rovski

ROVSKI , c'est la rencontre entre les chansons de Sonia Nemirovsky et les multiples talents d'Olive Perrusson.

Ce sont des sons, des instruments triturés, deux voix qui s'entremêlent.

ROVSKI, c'est un souffle, une mesure, une respiration qui se transforme en mélodie.

Alliant l'organique des instruments à l'électricité des samplers et des claviers, elles chantent comme on jette un sort, l'archet en guise de baguette.

Et si ROVSKI prend une forme aussi hybride dans le paysage de la chanson française, c'est que leurs racines et leurs influences, tout comme les mangroves, vont à la fois chercher dans la terre et dans l'eau.

Un écosystème qui a donné son nom à leur EP sorti le 8 mars 2019.

Mangroves est un instantané de ce que ROVSKI est aujourd'hui : quatre mains, deux têtes, des croisements, des contradictions, des images.

De la frénésie d'une forêt qui brûle ou la douceur d'une berceuse, des paysages, des virages sur les périphériques, ROVSKI appartient à cette lignée des chanteurs à texte.

De celles et ceux pétris de cette passion si française des belles lettres, qui aiment qu'elles sonnent, mais aussi qu'elles vibrent, qu'elles résonnent, qu'elles envoûtent.

Un duo pop inventif et poétique. La Danse ne semble pas prête de s'arrêter pour ROVSKI.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 25 janvier 2021

L'artiste de la semaine : Clarika

Il y a 27 ans, CLARIKA, avec son 1er album J'attendrai pas 100 ans, sorti sur le label Boucherie Productions, avait permis de découvrir une chanteuse pleine de charme et d'énergie, aussi fraîche que grave, ne mâchant que rarement ses mots pour régler ses comptes avec tout ce qui la dérange, et les hommes en particulier.

Claire KESZEI n'hésite pas à chanter ce qui ne lui plaît pas comme ce Bien mérité en 2009 qui rappelle que, selon l'endroit où l'on naît, la chance n'est parfois pas la même.

Depuis, CLARIKA se produit sur les différentes scènes de France et de Navarre avec son insolence et sa légèreté trompeuse et suit un chemin tranquille qui au fil de sa carrière, se précise et s'affirme.

27 ans, 7 albums et un succès jamais démenti à travers le temps, elle confirme définitivement sa place dans le monde de la chanson française avec un nouvel album A la lisière, sorti le 8 mars 2019 sur son label Athome.

CLARIKA retrouve Florent MARCHET qui apporte des cordes et arrangements pour notre plus grand plaisir.

Sa voix reste incomparable.

La plume de CLARIKA est toujours aussi habile, précise, svelte et fantasque.

Elle penche du côté de l'humour et du second degré pour mieux faire passer la gravité, qu'il s'agisse d'affronter les profondeurs existentielles, de se reconstruire après une rupture ou d'évoquer les rendez-vous amoureux ratés.

Comme dans le duo de CLARIKA avec Pierre Lapointe, et ce Venise, où l'on n'ira jamais puisque, comme elle le chante si bien, Venise c'est rien que pour les cons.

Raison de plus pour ne pas tomber sous son charme.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 18 janvier 2021

L'artiste de la semaine : Alexandre CASTILLON

De la chanson française à fleur de peau, sur fond de viole de gambe, guitare, clarinette et trompette. Autant d'histoires légères, souvent drôles, et porteuses de sens qu'Alexandre CASTILLON écrit, compose et interprète corps et âme.

Il est accompagné par ses trois complices qui lui concoctent des arrangements sur mesure, mélangeant avec élégance différentes esthétiques, allant du jazz à la pop, en passant par le classique et la folk.

Ce projet est l'histoire de rencontres: Alexandre CASTILLON écrit et compose seul ses chansons puis la famille s'agrandit.

C'est le début d'une belle amitié et de moments de partage très forts avec le public.

Alexandre CASTILLON et ses acolytes, c'est une affaire qui marche : de prix en récompenses, ils ne cessent de recevoir l'adhésion d'un public sans cesse grandissant.

Mais ils n'ont clairement pas envie d'en rester là.

Après, un EP Bon vent sorti le 6 octobre 2017, voilà qu'Alexandre CASTILLON récidive le 16 février 2019 avec un nouveau 5 titres Malices.

D'une écriture fine et élégante, il nous invite dans un univers poétique et malicieux, teinté d'une insouciance qui voudrait rendre à la vie sa légèreté enfantine .

Alexandre CASTILLON navigue sur des mélodies originales et colorées, faisant toujours intimement corps avec la musicalité des mots.

Des mots qu'il nous glisse à l'oreille d'une voix à la fois suave et granuleuse.

Alexandre CASTILLON, un artiste à suivre de près et qui a en main de belles cartes à jouer.

Il piaffe d'impatience de partager ça avec vous.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 11 janvier 2021

L'artiste de la semaine : TäKK

Basé sur le Premier Plateau du Jura à La Marre, TAKK est l'association de trois musiciens issus d'horizons différents. Alexandre Gouy et Fabrice Jacquot, les 2 guitaristes et Emmanuel Chamouton, le batteur, répètent depuis deux ans pour faire aboutir leur projet.

Du post rock atmosphérique au son le plus lourd, ils vous emmènent en voyage : une musique ambiante aux guitares cristallines et aux voix épurées.

TAKK sort le 16 janvier 2021 son 1er EP : un 5 titres faisant la part belle aux ambiances qu'elles soient jouées ou chantées.

Le thème du voyage est omniprésent : après le souffle léger de la mer caspienne et le vent du ciel japonais , c'est à Castle Rock que les guitares semblent prendre leur envol même si la fin est atmosphériquement belle et reposante.

TAKK s'en va ensuite taquiner ses influences avec Mogwaï à moins que le fantôme cantonais n'utilise ses pouvoirs surnaturels pour insuffler aux guitares le rythme lancinant d'une batterie qui annonce l'arrivée de voix harmonieuses semblant se métamorphoser pour mieux disparaître ensuite.

Christmas days confirme le talent d'écriture du combo : une chanson pleine d'émotion et de douceur même quand le rythme s'accélère.

TAKK a su mouliner ses influences pour exprimer une musique à l'unisson des envies des 3 musiciens.

Un rock qui taque les émotions et frappe les esprits.

TAKK, à marquer d'un coup, celui du talent

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 4 janvier 2021

L'artiste de la semaine : PETREK

On ne présente plus Patrick PERRET.

Déjà plus de 20 ans que PETREK met son talent au service du jeune public mais pas seulement.

Comme le vin, il se bonifie avec le temps.

OH LES BEAUX JOURS, son album sorti en 2013, en était la plus belle illustration.

PETREK peaufine sa vie d'artiste avec un désir incessant de croiser le « Faire » avec les autres.

Dans la grande roue de la vie, au croisement de la pédagogie et de l'art, il en connaît un rayon.

De très nombreux projets dans les théâtres français et d'outre mer, PETREK se tourne depuis plusieurs années vers les territoires comme lieu d'expérience culturelle.

Il s'est donné comme défi de partir en duo sur scène.

PETREK raconte et chante, Thibaut MARTIN arrange et offre aux mots l'écrin musical.

À partir de l'adaptation du livre Boum Boum et le coeur-valise, illustré par Anne-Isabelle GINISTI, les mots construisent un récit rythmé, adressé.

Boum Boum, c'est le nom du nouvel album de PETREK qui sort le 13 janvier 2021.

C'est aussi le nouveau personnage sorti de son imagination et qui prend vie dans un monde coloré, son cœur-valise bien rempli.

PETREK a un cœur gros comme ça. Et, sur scène, il fait boum.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 14 décembre 2020

L'artiste de la semaine : Bernard JOYET

Bernard JOYET est un poète, un écrivain, souvent drôle et irrévérencieux, du niveau d'un Ferré, d'un Brel ou d'un Leprest, sans détonner.

Ce normand de 73 ans est un auteur majeur injustement méconnu, dans ce monde parfois tellement superficiel de la chanson.

S'il y a chez Bernard JOYET autant de sous-entendus graveleux que de promesses de tendresse, autant de gifles à l'hypocrisie bien-pensante que d'hommages aux plus nobles sentiments, c'est parce que le monde n'est pas tout d'un bloc.

L'énergumène n'a rien mis en demi teinte de ses constats lucides dans un humour mouillé d'acide pour épingler les travers de la vie qui va, et toujours si bien que ça.

Des chroniques sociales affûtées, le public de Bernard JOYET adore et se marre.

Car c'est un être rare et cher. Et qui plus est gourmand.

Rare car, à bien les compter, les disques de Bernard JOYET ne sont pas nombreux.

Rare sur les scènes aussi, et on se demande bien pourquoi.

Gourmand, car il ne sait rien faire à moitié.

C'est le cas avec son superbe double album Bernard JOYET et Franginades, sorti le 28 août 2020.

Si deux de ses nouvelles chansons sont prétextes à duos, l'un avec Anne Sylvestre, l'autre avec Yves Jamait, les textes des autres sont confiés à ses frangins, ses frangines.

Les copains embarqués dans l'arche de Bernard JOYET ? Entre 2 Caisses, Évasion, Manu Galure, Juliette, Nathalie Miravette, François Morel, Gérard Morel, Francesca Solleville ou Wally.

Avec Franginades, Bernard JOYET s'est payé le plus beau des disques.

Son rêve s'est réalisé. Le notre aussi.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 7 décembre 2020

L'artiste de la semaine : Anne SYLVESTRE

Près de 60 ans après ses débuts dans les cabarets parisiens, Anne SYLVESTRE était restée la même.

Si, pour certains qui, aujourd'hui ont bien grandi, Anne-Marie BEUGRAS a bercé leur enfance avec ses Fabulettes qu'elle n'a jamais interprétées sur scène, pour d'autres, elle est restée l'une des plus belles plumes de la chanson hexagonale.

Dans ses chansons, Anne SYLVESTRE maniait avec humour, tendresse et une certaine virulence les travers de notre quotidien et ne manquait jamais une occasion pour critiquer la vision injuste de la femme à travers le monde.

Elle avait gardé cette fraîcheur et cette liberté de ton qui la caractérisaient et sa voix était restée la même.

Biens des artistes se revendiquent de cette grande dame de la chanson.

Anne SYLVESTRE les accompagnait volontiers sur scène.

Car elle n'aurait laissé sa place pour rien au monde.

Souvent, elle pouffait, avec un énorme sourire, l'œil vert et malicieux.

Anne SYLVESTRE se moquait, d'elle-même en premier lieu, fustigeait avec humour un monde peuplé d'étagères qui se prennent pour des gens tout bien rangé dans la tête.

Sa préférence allait à ceux qui doutent, ceux qui paniquent, les dubitatifs professionnels, tous ceux qui font voguer les incertitudes sur des flottilles de papier.

Politique, citoyenne, féministe, elle était juste une femme.

Anne SYLVESTRE nous a quittés le 30 novembre 2020. Elle avait 86 ans.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !