L'artiste de la semaine

Chaque semaine, retrouvez le coup de cœur francophone de Radio B

Présentée par : Michel Celso

En direct du lundi au vendredi à 7h20, 8h20, 10h30, 12h20
Redifusée le samedi à 10h30

Facebook Twitter Copier le lien Partagez cette émission !   RSS Abonnez-vous ! (RSS)

Podcasts de l'émission

Lundi 19 juillet 2021

L'artiste de la semaine est... en vacances

Des vacances bien méritées. On le retrouve à la rentrée. Bonnes vacances, l'artiste et chapeau !

Prochainement disponible à l'écoute !

Lundi 12 juillet 2021

L'artiste de la semaine : Keren Ann

Keren ANN s'est révélée au Transbordeur de Villeurbanne en 2001 en 1ère partie de GOLDFRAPP,

Depuis, celle qui avait relancé avec Benjamin BIOLAY la carrière d'Henri SALVADOR, a entamé une carrière solo de toute beauté.

Pas de fausse note chez Keren ANN ZEIDEL qui propose une pop parfois rock, parfois folk à travers des ambiances assez troublantes et une émotion qui ressort indéniablement dans la voix de la néerlandaise.

Aussi à l'aise en français qu'en anglais, c'est sa musique qui fait la différence.

C'est encore le cas en 2019 avec la sortie le 15 mars 2019 de Bleue, le 8ème album studio de Keren ANN.

Entièrement chanté en français, assez franchement mélancolique, au tempo plutôt lent et bien éloigné des canons radiophoniques, les chansons font office d'une caméra qui se met en mouvement lentement.

Au cœur de la frénésie ambiante, Keren ANN choisit le rythme de la ballade pour zoomer sur des détails et s'attarder sur des instants fugaces.

Le registre des chansons d'amour se divise en deux catégories : celles du bonheur de l'idylle et celles du chagrin de la rupture.

Keren ANN fait partie de celles et ceux qui réussissent à écrire sur les deux dans un seul et même morceau.

Avec la justesse des textes, on s'étonne que le français ne soit pas sa langue maternelle.

La chanteuse cherche-t-elle à s'envoler ou à écrire ? Avec Bleue, Keren ANN signe sans doute là l'album de la maturité.

Elle sera en concert dans le cadre du Festival A la folie pas du tout au Monastère Royal de brou à Bourg en Bresse le samedi 17 juillet 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 5 juillet 2021

L'artiste de la semaine : Dan Gharibian Trio

Si Bratsch fut le fer de lance de la musique tzigane et de l'Est jusqu'à cette date fatidique du 31 décembre 2015 où ils arrêtèrent de sillonner le monde, Dan GHARIBIAN est une des figures emblématiques.

Santiags jamais quittées, élégance orientale, une tronche remarquable entre toutes et surtout une Voix.

Qui semble avoir absorbé toutes les fumées des bars de Rébétiko, frottée à l'arak et à la vodka, une voix qui chante les chansons et ballades tziganes, arméniennes, russes et le blues grec.

Alors bienvenue à DAN GHARIBIAN TRIO, ce trio réunissant Benoit Convert, des Doigts de l'homme, et Antoine Girard, enfant de la balle , nourri dès son plus jeune âge de ces ballades.

Après un 1er album Affamés d'éphémère paru en 2019, le trio récidive le 2 avril 2021 avec Da Svidaniya Madame, leur 2ème galette.

DAN GHARIBIAN TRIO nous emmène dans des contrées rêveuses où se mêlent des histoires intemporelles, d'amours, d'amitiés, de rencontres et de voyages.

On se promène parmi les langues avec des chansons en Français, Arménien, Romanès, Grec et même du Dioula.

Tout au long du nouvel album de DAN GHARIBIAN TRIO, des couleurs musicales savoureuses se suivent avec naturel et délicatesse : romantisme à la Française, parfums orientaux, blues lancinants.

Mais aussi complaintes caucasiennes, souffle slave, délicatesse musette, envolée manouche, le tout avec profondeur et non sans humour.

La poésie française de DAN GHARIBIAN TRIO se mêle aux langues slaves dans sa voix, merveilleux ambassadeur des romances mélancoliques et éternel voyageur qu'il convient de suivre sans hésiter.

Le trio sera en concert dans le cadre du festival Tous Dehors, sur le Pont square Louis Parant à Bourg en Bresse le dimanche 11 juillet 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 28 juin 2021

L'artiste de la semaine : Cali

Il y a 18 ans débarquait sur la scène du Théâtre de Bourg en Bresse CALI, un chanteur au parcours artistique et musical parsemé d'embûches et d'expériences aussi diverses que variées avec ses différents groupes.

Après un passage aux Francofolies de la Rochelle et l'enregistrement en 2003 de son 1er album au nom prémonitoire, L'AMOUR PARFAIT, il rencontre le succès avec les tubesques ELLE M'A DIT, C'EST QUAND LE BONHEUR ou PENSONS A L'AVENIR.

18 ans plus tard, Bruno CALICIURI alias CALI, a bien grandi même si ses déboires amoureux et ses séparations compliquées ont influencé pendant très longtemps ses chansons.

Deux ans après son hommage vibrant à Léo Ferré, il est de retour le 13 mars 2020 avec un neuvième opus studio, l'exaltant Cavale.

CALI s'est amusé comme un gamin dans une cour de récréation.

Composé à deux avec Augustin CHARNET, Cavale s'impose comme un disque libre, peut-être le plus libre de l'artiste qui affirme ne pas avoir choisi ce titre au hasard.

S'il s'inscrit dans la tradition française de la chanson à textes, c'est aussi un album rock, pop, électro et parfois même presque tribal où le banjo sautillant invite irrésistiblement à danser.

CALI continue d'explorer des thèmes qui lui sont chers : l'amour et l'urgence de vivre sont présents sur tout le disque, y sont célébrés,

Un kaléidoscope généreux et fougueux qui invite à aimer et vivre dans le feu.

Écrivain, metteur en scène, acteur, chanteur et compositeur, CALI n'a de cesse que de fuir les classifications. Il y a une chose que l'on ne pourra jamais lui retirer : son authenticité.

Il sera en concert dans le cadre du Festival Swing sous les Etoiles à l'esplanade de la Madone à Miribel le mercredi 7 juillet 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 21 juin 2021

L'Artiste de la semaine : GRIMME

GRIMME est le nom d'artiste de Victor Roux, auteur compositeur lyonnais. Il commence la musique par la guitare et compose ses 1ères chansons à l'âge de 13 ans. Il se lance en solo sous le nom "Victor" puis se lance sous le nom d'artiste "GRIMME" en 2015, année pendant laquelle il sortira son EP au titre éponyme.

Après un 1er album en anglais "The world is wrong but it's allright" sorti en 2017, il enchaîne 3 ans plus tard avec un 2nd opus francophone "Un Hôtel, une étoile".

Jamais rassasié GRIMME nous revient en 2021 avec la sortie de sa nouvelle galette "Un Manteau pour l'hiver". Il nous propose un album pop aux sonorités douces et pénétrantes.

Sa voix épouse ses textes pour les faire glisser sur sa musique, il poursuit son introspection profonde.

GRIMME parle à notre coeur, tout en parlant au sien.

Il sera en concert au Marché Gare à Lyon vendredi 25 juin 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 14 juin 2021

L'artiste de la semaine : Ben MAZUE

Ben MAZUE chante sous sa véritable identité ou presque et on peut dire que cela lui va bien.

Ses études finies, il plaque tout pour se lancer dans la chanson à l'âge de 25 ans.

Ayant découvert la culture noire américaine durant sa jeunesse, la musique de Ben MAZUE associe chanson et rap.

Chaque album est l'occasion pour lui de montrer son évolution à la fois en tant qu'homme et en tant qu'artiste.

Avec La Femme Idéale, sorti en 2017, Ben MAZUE s'essayait à un exercice assez compliqué, celui de tenter de montrer en douze titres que le bonheur était la chose la plus naturelle du monde.

Trois ans plus tard et après la sortie de Paradis, son nouvel opus paru le 6 novembre 2020, on se dit que la félicité s'est fait la malle et que des malheurs, lui aussi, il en a voulu trousser des chansons.

On devine au gré de confidences intimes égrenées le long des 12 morceaux que Ben MAZUE a traversé des épreuves difficiles du quotidien.

Mais, fidèle à sa volonté de refuser à tout prix le pathos et l'apitoiement sur lui même, il a décidé d'intituler son album Paradis et d'aller chercher dans lui et à l'extérieur aussi son éden personnel.

Toujours fidèle à cette recherche du mot le plus juste possible, Ben MAZUE sonde les doutes et ces évidences qui devraient nous assaillir en veillissant alors, qu'au contraire, elles semblent plus fortes que jamais.

12 chansons inspirées et optimistes sur les grands virages de la vie.

Ben MAZUE, ou l'art de sublimer un Paradis.

Il sera en concert au Radiant à Caluire le samedi 19 juin 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 7 juin 2021

L'artiste de la semaine : Martin LUMINET

La famille de Martin LUMINET le voyait plutôt devant les casseroles de son grand-père chocolatier.

Il a choisi un autre métier de passion : la chanson.

Auteur d'une pop cinématographique à la fois intimiste et viscérale, Martin LUMINET s'évertue à prouver qu'il est possible de pleurer en dansant.

Les scénarios de ses chansons évoquent la fragilité de quelqu'un qui avance dans la vie en attendant d'aimer.

Sous ses faux airs de Souchon ou d'Arnaud Fleurent-Didier qui se baladeraient dans les films de Gondry ou de Christophe Honoré, Martin LUMINET propose des chansons tristes qui rendent heureux.

Après un 1er disque-film En attendant d'aimer paru en 2017, on attendait la suite avec impatience.

C'est chose faite depuis le 4 juin 2021 avec la sortie de Monstre, le nouvel EP de Martin LUMINET.

Cinq titres définissant une humeur à la fois batailleuse et fervente, honnête et inquiète.

Habité par le refus des faux-semblants, Martin LUMINET fait planer sa lucidité couperet.

Cru parfois, cash souvent, percutant toujours.

Martin LUMINET a une conscience particulièrement aiguë de l'autre.

Il embrasse ainsi un "nous" générationnel pour transfuser la lente agonie d'un monde responsable de son propre infarctus.

Martin LUMINET, c'est un appel au sursaut et à ne pas courber l'échine.

Il sera en concert avec Kent et Frédéric Bobin au Théâtre de Tarare le vendredi 11 juin 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 31 mai 2021

L'artiste de la semaine : Ballaké SISSOKO

Ballaké SISSOKO est un musicien malien, joueur de kora, issu d'une famille de djéli, ces musicien-conteurs de la culture mandingue et assimilables au griots.

Après ses débuts marqués par une collaboration avec les plus grandes griottes maliennes et un premier album sous le nom de Kora music from Mali en 1997, il a dessiné son chemin sans jamais se séparer de son instrument de prédilection.

Sans cesse régénéré par sa pratique quotidienne et par les rencontres artistiques qui jalonnent son parcours, Toumani Diabaté, Taj Mahal, Sting ou Ludovic Einaudi, Ballaké SISSOKO devient vite l'instrumentiste le plus sollicité.

Sa collaboration avec Vincent Ségal débute en 2009 par l'enregistrement de Chamber Music et se poursuit 4 ans plus tard avec Musique de Nuit.

On le retrouve sur le nouvel album de Ballaké SISSOKO, Djourou, paru le 9 avril 2021.

Une dualité entre intime et universel qu'il exprime à nouveau en ponctuant ses œuvres solitaires de rencontres artistiques magnifiques.

Après Frotter les mains, enregistré avec le rappeur Oxmo Puccino, Ballaké SISSOKO enchaîne avec un second titre gravé avec la koraïste et chanteuse de Gambie Sona Jobarteh, exception féminine du monde masculin de la kora.

Sur cette nouvelle aventure musicale, il a aussi invité le clarinettiste Patrick Messina, Camille, Piers Faccini, Salif Keita ou Arthur Teboul, le chanteur de Feu! Chatterton.

Ballaké SISSOKO nous propose un grand voyage sans gestes barrières, comme un pied de nez aux contraintes du moment.

Il sera en concert avec Driss El Maloumi et Rajery dans le cadre des Nuits de Fourvières au Théâtre Antique à Lyon le lundi 7 juin 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 24 mai 2021

L'artiste de la semaine : Camille

On ne présente plus la parisienne Camille DALMAIS découverte en 2002 avec Le sac des filles, et, surtout, en 2005, avec le Fil et le morceau Ta douleur, suivi de nombreuses récompenses.

Certains comparent même CAMILLE à BJORK ce qui est un sacré compliment pour cette artiste atypique n'ayant jamais cédé à la facilité ni aux sirènes médiatiques.

Chez elle, chaque album, chaque chanson est un nouvel univers à découvrir.

Innovation, tel est le maître mot de CAMILLE.

Sur scène, il en va de même.

La folie créatrice de l'artiste sublime ses chansons et on ne s'ennuie pas un seul instant, même lorsqu'elle part dans des pseudo improvisations dont elle a seule le secret et dont, elle seule, sait où et comment cela va se terminer.

Cette fois-ci, CAMILLE confronte son univers à celui de Robyn ORLIN, chorégraphe majeure du continent africain et qui a fait de la complexité culturelle et des déchirures de son pays, l'Afrique du Sud, sa principale source d'inspiration, ce qui lui vaut sur place le surnom "d'irritation permanente".

Les deux femmes se retrouvent pour cette création qui prend la forme d'un détonant concert-performance !

Capable d'incroyables prouesses vocales, CAMILLE est ici au chant et à la danse.

Sur scène avec sa voix pour seul instrument, elle explore les liens entre les sons et l'expression corporelle.

Elle sera sur scène dans le cadre des Nuits de Fourvières au Théâtre Antique à Lyon les mardi 1er et mercredi 2 juin 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 17 mai 2021

L'artiste de la semaine : Tracer la Route

TRACER LA ROUTE, concert dessiné, est le projet commun de Marie BOBIN et de François GAILLARD.

Elle dessine et lui chante.

TRACER LA ROUTE parle de voyage, d'itinérance, de bourlingue..

Sur les pas de Tesson, Kerouac ou Lamazou, le duo chante nos envies d'ailleurs et l'ivresse de la route, le pourquoi des départs.

Associé au livre, l'album TRACER LA ROUTE sorti le 21 février 2020, est un témoignage du concert dessiné avec lequel ils sillonnent les routes, les scènes et festivals sans relâche depuis 2017.

A travers les carnets de bord, les photos, les dessins, les histoires, les lieux insolites, les rencontres, TRACER LA ROUTE nous fait voyager à travers le monde, que ce soit en Scandinavie, au Maroc, en Ecosse, au Portugal mais aussi en Corse, en Bretagne ou en Ariège.

Au Peugeot orange Boxer des débuts s'est substitué un camion désormais bleu et jaune, un peu plus petit mais le dépaysement est toujours total.

Et pas uniquement grâce aux concerts dessinés de TRACER LA ROUTE et à ces lieux toujours improbables où l'on se sent si bien qu'on aurait envie d'y rester.

Sur scène, improbable ou officielle, le concert dessiné mélange chansons à l'accordéon par François GAILLARD, dessins en live et projections vidéo par Marie BOBIN.

Le spectacle est itinérant. Il peut se jouer en salle de spectacle ou tout extérieur nuit.

Raison de plus pour TRACER LA ROUTE. Un appel à la liberté, à la découverte, à la beauté de la Terre et des gens... Un hommage à la vie.

Les lyonnais seront en concert dessiné à Thout Bou D Chant à Lyon le samedi 29 mai 2021.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 10 mai 2021

L'artiste de la semaine : Katel

Alliant une rythmique rapide à un chant exprimant des idées fortes sur lequel viennent se greffer des effets vocaux, Karen LOHIER alias KATEL sert à la fois puissance et douceur comme un cyclone qui serait passé sur le titre.

Poétique et lointain comme le chant d'une sirène, torturée et brutale comme une furie indomptable ou perdue dans des pensées douces.

Dégageant une force hors du commun par son ton sec et tranchant, il est difficile de rapprocher KATEL d'une comparaison francophone féminine, les équivalents allant plus chercher du côté rock engagé et des artistes tournant dans un registre similaire à ceux de la chanson française « consciencieuse » de qualité.

Avec le temps, albums après albums, musiques et textes se font plus matures.

En 2018, KATEL fonde avec Robi et Emilie Marsh le label engagé Fraca destiné à sortir leurs propres albums et ceux d'autres artistes.

Un des objectifs affichés est de lutter contre la faible représentation des femmes à certains postes de l'industrie musicale.

C'est ainsi que le 30 avril 2021 est sorti Mutants merveilles, le nouvel album de KATEL.

Elle aime dire qu'elle fait de la pop. De la pop oui, mais de la pop avec du sens et des jolis sons, de la pop distinguée en quelque sorte.

KATEL est une artiste entrée en résistance contre les stupidités sociétales, une femme libre qui prétend le revendiquer et surtout le rester.

Il y a beaucoup de douceur chez elle, une sorte de fluidité de sa personnalité qui fait passer ses passions et ses exigences.

Cela se ressent dans la musique toujours très ouvragée de KATEL.

Elle oeuvre en compagnie des autres. Son acharnement n'est pas solitaire, il est solidaire.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 3 mai 2021

L'artiste de la semaine : Louis-Jean CORMIER

Originaire des Sept Iles au Québec, Louis-Jean CORMIER s'est fait connaître avec le groupe pop rock KARKWA, reconnu comme l'un des plus grands de la scène francophone canadienne.

La reconnaissance des professionnels n'a pas tardé.

En 2012, KARKWA fait une pause. Jean-Louis CORMIER en profite pour lancer sa carrière sous sa propre identité.

Auteur-compositeur-interprète, réalisateur d'albums, arrangeur, musicien invité, animateur à la radio et à la télé , il a porté plusieurs chapeaux au fil des ans.

Mais Louis-Jean CORMIER n'a jamais perdu cet émerveillement qui jaillit chaque fois qu'une mélodie pointe le bout de son nez.

Par bonheur, le public le suit dans ses aventures.

Après 2 albums en 2012 et 2015, l'année 2020 marque le grand retour de Louis-Jean CORMIER avec le lancement de son troisième album studio Quand la nuit tombe. fruit d'un bricolage pop nourri par des influences inédites pour le natif de la Côte-Nord.

Il récidive le 16 avril 2021 avec sa 4ème galette Le ciel est au plancher.

Louis-Jean CORMIER évoque en filigrane le deuil de son père.

Mais rien de larmoyant dans cet opus aérien à l'écriture impeccable et aux arrangements amples qui mêlent avec intelligence touches jazz, belle variété et envolées pop.

S'il y a un au-delà, j'espère que c'est aussi beau qu'ici, la nuit, chez toi, conclut Louis-Jean CORMIER.

Et, on l'espère, aussi beau que cet album.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 26 avril 2021

L'artiste de la semaine : Nicolas Jules

Provocateur discret, voix de séducteur, cheveux en bataille, Nicolas JULES charme les oreilles avec un joli cocktail de tendresse et de dérision, d'humour et de poésie.

Il aime à l'évidence jouer avec les mots, immiscer dans notre banale réalité un décalage bienfaiteur, des p'tites bulles de rien du tout qui aident à se lever le matin.

Nicolas JULES a toutes les audaces, des textes poétiques, drôles, surprenants. Un excellent guitariste et une présence déroutante servie par un charisme à toute épreuve.

Le 1er décembre 2020, il a sorti sa nouvelle galette Douze oiseaux dans la forêt de pylônes électriques.

Nicolas JULES nous gratifie de beaux surgissements dans une langue qui trouve le juste milieu entre familiarité et poésie.

La fantaisie et l'imagination sont là mais ne constituent pas seules la matière première.

S'il ne se prend pas au sérieux, la démarche de Nicolas JULES l'est résolument.

Quand c'est plus up-tempo, on pense à un americana hors-d'âge. Il revendique un côté Johnny Cash de cuisine et c'est très bien comme ça.

Le nouveau disque de Nicolas JULES est solitaire comme un vers, solaire comme une crème.

Une musique électrique prégnante, qui sait se faire oppressante, qui à elle seule fait dramaturgie, accentue les mots, les allusions et rassure toute hésitation.

Nicolas JULES, pas si lunaire qu'il en a l'air.

Ses aspects terriens, plantés, lui confèrent une solidité nouvelle.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 19 avril 2021

L'artiste de la semaine : Les Charlots

LES CHARLOTS, groupe créé au milieu des années 60 et surnommé Les problèmes, connurent leurs heures de gloire avec des chansons comme Paulette, La reine des paupiettes, Derrière chez moi, Merci Patron ou l'Apéro Bic.

Ce sont aussi des chansons plus engagées qu'il n'y paraît et d'autres, que l'on qualifiera de paillardes, des morceaux interdits à l'antenne à l'époque et encore aujourd'hui, à part certaines radios libres, et encore.

Le style comique et parodique des CHARLOTS a fait leur renommée et ils seront les vedettes de films aussi cultes que dispensables que Les Bidasses en folie, Les Fous du stade ou Le Grand Bazar.

Mais c'est à travers leurs chansons aux musiques magnifiquement travaillées et originales que la bande à Gérard RINALDI, Luis REGO, Jean SARRUS, Gérard FILIPELLI et Jean-Guy FECHNER prouva que l'humour et le talent pouvaient être au rendez-vous.

LES CHARLOTS sont l'un des deux groupes français avec Téléphone, quelques années plus tard, à faire la première partie d'un concert des Rolling Stones.

Après la disparition en 2012 de Gérard RINALDI, le chanteur et, pour les plus jeunes d'entre vous quoique, c'était Marc, le vétérinaire dans la série MARC ET SOPHIE, l'autre Gérard FILIPELLI alias Phil, nous a quittés le 30 mars 2021 à l'âge de 78 ans.

Le guitariste des CHARLOTS était aussi acteur, compositeur, scénariste et producteur.

Sa disparition a le parfum de la nostalgie d'une période heureuse, celle d'un monde qui a décidément bien changé.

Alors, merci LES CHARLOTS.

Je rajouterai Merci Patron. La chanson vous doit beaucoup.

LES CHARLOTS, c'est l'artiste de la semaine sur Radio B.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 12 avril 2021

L'artiste de la semaine : Hoxy More

Auteure, compositrice, et interprète lyonnaise, Maïté MERLIN, bercée par les CDs de BREL de sa maman et les accords rocks de la batterie de son papa, oscille entre une sensibilité à fleur de peau et une folie presque indécente.

HOXY MORE joue sur les deux tableaux et mêle, emmêle, l'énergie du rock et la tendresse d'une chanson française, où chaque mot compte et trouve une place à part entière.

Tout est cadencé, calibré, rythmé par une suite d'accords pop-rock où elle injecte quelques notes de blues.

Son timbre est clair et léger, sa puissance vocale maîtrisée.

D'une douceur fracassante, les chansons d'HOXY MORE racontent ses expériences de vie : des amours foireux, une féminité appréhendée, apprivoisée, des espoirs et leur force incommensurable.

Elle caresse de ses chaussettes sa pédale de loop, fait glisser ses dix doigts sur sa guitare folk et son clavier, et se laisse envahir par les vibrations de sa voix pour délivrer ses compositions.

Dans son 2ème EP Demoiselle à Madame, paru en 2018, HOXY MORE raconte son côté indécis et son côté combattant au travers de ses expériences personnelles.

Elle parle de l'amour foireux, rarement chanceux, de l'avenir et de la force de l'espoir.

HOXY MORE puise son inspiration de l'humain dont elle aime observer le yin et le yang : Une dame riche qui crie son blues de n'exister qu'à travers La femme de, une indécision sentimentale ou le bonheur de voir une petite, mais aussi la responsabilité de lui montrer la réalité de la dureté de la vie.

Autant de tranches de vies que de coups au cœur pour une artiste à la figure de style oh combien réjouissante.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 5 avril 2021

L'artiste de la semaine : Wendy MARTINEZ

Depuis plusieurs années, Wendy MARTINEZ écrit des chansons en français dans sa chambre, des chansons aux textes intimistes ou surréalistes sur fond de rock et de pop psyché 70's, parfois 80's.

Parce qu'elle aime Bashung, Gainsbourg, Fontaine, Ferré et des types étranges comme Vassiliu.

Parce que Wendy MARTINEZ aime les machines volantes de Vinci, l'île de Pâques, l'aube, l'amour éternel, les doux idiots, les vieilles filles en fleur, et qu'elle voulait les chanter.

Tout comme elle voulait chanter son haut trouillomètre de la société des écrans, des guerres externes et internes, des maladies qu'on se fait à soi, pour tenter la résilience.

Après son aventure solo dans Bye Bye Dubaï et entre 2 concerts de Gloria, Wendy MARTINEZ s'est entouré de musiciens pour un show planant, rock et surréaliste.

Son 1er EP 6 titres La chevauchée électrique est sorti le 26 mars 2021 sur le label Le Pop Club Records.

Il y a un petit quelque chose du Je t'aime moi non plus de Gainsbourg qui nous accueille, une basse présente, ronde et sexy, sur laquelle la voix de Wendy MARTINEZ se pose soudainement et délicatement.

Timbre chaud, grave, sexy, lignes de chant roulantes et enivrantes, elle propose des textes riches, aux images puissantes, nimbées d'une grâce sixties absolument géniale.

La pop épique de Wendy MARTINEZ est pointue et aventureuse. Il serait dommage d'y résister.

Elle sera l'invitée de Michel CELSO et Antonio RODRIGUEZ dans l'émission AU TERMINUS DES PRETENTIEUX sur Radio B le jeudi 8 avril 2021 à partir de 17 heures.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 29 mars 2021

L'artiste de la semaine : Mademoiselle K

K pour Katerine GIERAK, une brune élancée, svelte et aux cheveux courts.

D'une fantaisie naturelle, paré d'un perfecto, son allure proche de Chrissie Hinde ou de Joan Jett lance un pied de nez au néo punk.

La guitare en appendice, le vocabulaire de MADEMOISELLE K est peu académique, mais rien de plus normal.

Ses chansons sont nerveuses comme les coups de crayon d'un expressionniste. Ses concerts sont généralement rapides et incisifs comme des flèches.

MADEMOISELLE K vampirise la scène hexagonale depuis le milieu des années 2000.

Elle donne une étonnante impression de grandir quand sa voix s'élance.

Avec son cinquième album, Sous les brûlures, l'incandescence intacte, sorti le 1er septembre 2017 sur son label Kravache, MADEMOISELLE K est revenue à sa langue natale et révèle de nouvelles facettes : un penchant pour l'électro, une ballade acoustique et des textes plus apaisés marqués par sa pratique nouvelle de la méditation.

Les nouvelles chansons évoquent une rupture qui s'est transformée en chansons par la magie de la musique.

MADEMOISELLE K porte sa rage avec une énergie sincère et zen. Et peut-être d'une forme de renaissance.

Le 25 mars 2021, invitée par La Tannerie, elle s'est produite en formule duo dans le chœur du Monastère Royal de Brou de Bourg en Bresse.

Un cadre intimiste et élégant qui servira à merveille les textes émouvants et compositions mélodiques de MADEMOISELLE K.

Sa captation filmée sera disponible sur internet en streaming room le vendredi 2 avril 2021 à 20 heures.

Toutes les infos sur le site de la SMAC du département de l'Ain www.la-tannerie.com.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 22 mars 2021

L'artiste de la semaine : AUSGANG

En allemand, AUSGANG veut dire Production.

Pas sûr que la traduction ait un rapport avec le nouveau projet de la rappeuse du Blanc Mesnil CASEY.

Cathy Palenne, est un cas à part au sein d'un rap révolté.

Outre sa carrière solo, elle a participé au projet Zone Libre de Serge Teyssot Gay, l'ancien guitariste de NOIR DESIR et Cyril BILBEAUD.

En 2019, CASEY fonde avec Marc Sens, ManuSound et Sonny Troupé le groupe AUSGANG.

Fusion ou rock, rap conscient comme on l'aime, le mélange des genres est réussi.

Et que dire du 1er album d'AUSGANG, Gangrène, paru le 6 mars 2020.

10 titres venus réveiller nos sens pour tâcher de les exciter avant de sombrer dans le chaos. 44 minutes pour nous forcer à garder les yeux ouverts et comprendre le mal qui se répand inexorablement dans nos têtes.

C'est dans cette mare rock, presque nappée, que les voix d'AUSGANG finissent par s'élever : contre l'Élite, forcément, où l'arrogance des uns nourrit la fronde des autres.

Lorsqu'on la questionne sur son positionnement par rapport au et au rap, CASEY répond en chanson et rappelle que le rock, c'est noir en fait?!

Le rock est né dans un champ de coton, sinon ce ne serait pas un long cri de douleur. Le rock et le rap ont exactement le même tronc commun. Comme un certain Chuck BERRY.

Un rock poisseux, un rap rugueux, AUSGANG contre-attaque. Et c'est puissant !

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 15 mars 2021

L'artiste de la semaine : Les Femmes de la Commune de Paris

Les Femmes de la Commune de Paris est le projet chanson de Pauline FLOURY et Séverin VALIERE.

Cette période insurrectionnelle de l'histoire de Paris, qui dura un peu plus de deux mois, du 18 mars 1871 à la Semaine sanglante qui se terminera le 28 mai 1871, n'a été malheureusement découverte dans les manuels scolaires français d'histoire qu'en 2002.

Les Femmes de la Commune de Paris se sont particulièrement impliquées, en vue notamment de l'amélioration de leurs droits, ainsi que leurs conditions de travail et de vie familiale.

Elles occupèrent divers rôles actifs pendant ces événements et font de la Commune une étape importante sur le chemin de l'émancipation des femmes.

Si le bilan de la Commune est limité en raison de sa courte durée, son héritage politique demeure important : la parité et des premières formes d'organisation structurées de femmes apparaissent pendant cette période.

Pauline FLOURY et Séverin VALIERE ont mis en musique les plus belles figures de la Commune de Paris comme Louise Michel, Eugène Pottier ou Jules Jouy.

Ces textes portent la voix de ces femmes au cœur de la Révolution de 1871 : la misère, la grève, les douleurs intimes et familiales, la mémoire des luttes, l'hymne à l'union, le rejet de la religion mais aussi, après le temps de la Commune, les souvenirs, la résistance et la paix.

17 chansons portant hardiment l'affranchissement complet des femmes !

18 mars 1871 - 18 mars 2021 : 150 ans après, le combat est loin d'être terminé. Raison de plus pour rappeler le leur.

Les Femmes de la Commune de Paris, c'est l'artiste de la semaine sur Radio B.

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !

Lundi 8 mars 2021

L'artiste de la semaine : Ello PAPILLON

Sous le nom de scène d'ELLO PAPILLON se cache Elodie BERNIGAL, chanteuse et multi instrumentiste originaire du bassin minier de Saône et Loire.

Avant de voler de ses propres ailes, elle avait sévi au sein de formations aussi différentes que complémentaires comme LES TRAPETTISTES, ELLO JAZZ QUARTET ou MEDIEVALSE.

Mais aussi en tant que comédienne ou de projets à destination du jeune public.

En 2015, elle devient ELLO PAPILLON.

Pourquoi Ello ? Il s'agit de son prénom mais avec deux L pour mieux s'envoler.

Pourquoi Papillon ? Elle les adore. C'est un insecte qui lui correspond. Il virevolte et butine d'une fleur à l'autre, d'un style musical à l'autre, d'un instrument de musique à l'autre. Et il aime danser !

Éphémère comme la vie, le papillon profite. ELLO PAPILLON profite.

Après un 1er album de l'artiste éponyme, elle revient le 30 octobre 2020 avec A REBOURS, sa nouvelle galette.

Sublimation et poétisation de thèmes parfois très lourds comme les pesticides, les féminicides ou le temps qui passe et d'autres plus légers, ELLO PAPILLON offre des chansons livrées de cœur à cœur, âme à âme.

Sa collaboration avec Alexandre ADBILI lui permet de dresser des tableaux sonores où le piano et les chœurs aériens se mélangent aux harmonies colorées parfois pop, parfois électro, agrémentées d'une pincée de jazz et de musique du monde.

ELLO PAPILLON, un univers papillonesque, caresse de l'âme à découvrir de toute urgence !

Écouter Télécharger Facebook Twitter Copier le lien Partagez ce podcast !